Le Medef 85 tenait lundi son assemblée générale à Chambretaud, six jours après la visite présidentielle aux Herbiers. Le point avec Daniel Robin, président du Medef de Vendée.

Daniel Robin, président du Medef Vendée depuis 2016, revient sur la visite d’Emmanuel Macon le président de la République aux chefs d’entreprises de Vendée.

Comment avez-vous accueilli la visite du président de la République aux chefs d’entreprise ?

C’était une bonne idée. Emmanuel Macron est sensible et sûrement étonné par le modèle vendéen, qui repose sur des entreprises familiales de taille intermédiaire. Ce sont elles qui assurent la croissance et les emplois. Le voir ici était un signal positif pour les entrepreneurs vendéens.

Tweet

Êtes-vous satisfaits, au Medef, de cette première année du gouvernement actuel ?

Tout n’est pas rose, mais l’on retient beaucoup de positif. La tendance est de redonner plus de poids aux entreprises et plus de pouvoir, avant les branches et la loi. Car c’est au plus près du terrain que nous prenons les meilleures décisions sociales ou économiques. C’est une bonne vision, même si nous attendons encore davantage d’allégements de charges pour améliorer la croissance.

En cette année 2018, quelles sont vos autres préoccupations ?

Parmi les priorités, il faut, par exemple, que les jeunes connaissent mieux le monde de l’entreprise. C’est pour cela que nous mettrons en place, dès septembre, sur notre site internet, une sorte de plateforme où pourront se rencontrer les jeunes qui cherchent un stage en 3e et les entreprises prêtes à les accueillir. Mais globalement, parmi les patrons vendéens, le moral est bon. Un semblant de croissance revient, les chiffres d’investissement et de recrutement sont à la hausse.

 

Ouest France – le 19/09/2018 propos recueillis par Fabien Burgaud

 

LVV
TON STAGE A 5 BORNES